Tiers lieux, ces nouveaux lieux à inventer :

Le tiers-lieu ne se décrète pas mais il est possible de favoriser son essor. L’aspect “ascendant” est fondamental et le militantisme citoyen est un élément moteur de la dynamique interne. En effet il est essentiel que l’initiative vienne des habitants et qu’ils aient les moyens de la développer.

Ils peuvent prendre la forme d’espace de travail partagés (appelés aussi « coworking »), d’ateliers partagés, de fablab (laboratoire de fabrication) et accueillir des services hybrides tels que des salles de réunions, des jardins partagés, des boutiques partagées, des cafés, des épiceries, des ressourceries, des espaces de méditation culturelle et bien d’autres.

Un tiers-lieu est donc un espace polyvalent qui favorise l’activité économique et le lien social dans des domaines variés (formation, travail, culture, éducation…). De plus en plus présents sur les territoires, ils représentent une réponse aux besoins de renouvellement des services publics autour d’endroits accueillant des activités hybrides ainsi que la création de nouveaux espaces de lien social.

L’état investit durablement en faveur des tiers lieux et a formulé plusieurs annonces, notamment concernant la possibilité de recevoir des subventions comprises entre 75 000€ et 150 000€ sur trois ans pour la création de tiers-lieux et la labellisation de 300 « Fabriques de territoire ». Les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville seront les cibles privilégiées pour le développement de ces espaces hybrides.

Enfin, un fonds d’investissement dédié aux tiers-lieux et au développement d’une activité économique portée par les habitants eux même, implantés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville a été créé par le Fonds de co-investissement d’Amundi et de l’ANRU.

La Fédération du Nord de la Ligue de l’Enseignement est en contact avec plusieurs associations affiliées et partenaires, en vue d’accompagner le processus de gestation de plusieurs tiers lieux.

Nous voulons que ces nouveaux lieux d’engagement et d’innovation sociale puissent bénéficier et s’épanouir à partir de nos valeurs.

En effet, ces lieux totems ne peuvent pas fonctionner sans s’interroger préalablement sur les questions centrales qui nous animent, et notamment la lutte contre les discriminations, la promotion de la Laïcité, la responsabilité sociale et environnementale, la perspective ESS, le modèle de Gouvernance …

 Dans notre région, plus marquée encore que les autres territoires par les conséquences de la crise, quel niveau d’exigence positionnons-nous au développement de l’emploi ou d’une activité économique au sein de ces tiers lieux, par des habitants conscients que l’emploi ne peut pas être « que consécutif » à un investissement extérieur.

 Nous pensons que l’entreprenariat collectif par des personnes qui mettent en commun leur compétence en vue d’agir de façon vertueuse est une solution d’avenir et permettra par la valorisation des compétences internes au territoire de le rendre résilient.

 Toutes ces questions nous mobilisent et contribuent à dessiner les premières bases d’une stratégie en devenir.

Contact :

jcadart@ligue59.org

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.