Animer des ateliers philo avec les enfants et les jeunes (pendant et après la période de confinement)

Qu’est-ce qu’un atelier philo ?

Avant toute chose et pour rassurer les parents, un atelier philo avec les enfants ou les adolescents, ce n’est pas un cours de philosophie ! L’animateur des ateliers philo n’est pas là pour transmettre des connaissances ou des savoirs, mais pour permettre aux enfants d’exprimer leur pensée et leurs émotions dans un cadre sécurisé.

C’est la raison pour laquelle la pratique d’atelier philo est une pédagogie de la question et non pas une pédagogie de la réponse à laquelle nous sommes pourtant familiers. Très concrètement, l’objectif n’est pas d’apporter les bonnes réponses aux sujets abordés avec les enfants dans le cadre des ateliers, mais de permettre une libre expression et de pousser au maximum cette libération de la pensée de l’enfant.

Voici un exemple de pratique pour se mettre dans l’ambiance :  https://www.dailymotion.com/video/x2gcbyx

Pourquoi faire des ateliers philo avec ses enfants pendant la période de confinement ?

Pendant cette période exceptionnelle, les enfants ressentent évidemment ce qui peut se jouer, notamment un flux d’informations anxiogène, des discussions préoccupées des adultes, des comportements et habitudes qui sont bousculées : on ne peut plus sortir librement, on ne peut plus aller à l’école jusqu’à nouvel ordre, nos parents doivent porter un masque pour aller travailler etc…

Le cadre structurant de la vie des enfants peut-être totalement rompu pendant cette période, et tout ce contexte peut amener les enfants à ressentir des émotions nouvelles, ou plus intensément qu’en temps normal : peur, angoisse, colère mais aussi joie de passer plus de temps en famille par exemple.

Sur un plan éducatif, parents, enseignants, éducateurs, nous pouvons saisir les opportunités que nous offrent ce contexte pour s’initier aux ateliers philo justement sur les thématiques que donnent à voir et à penser ce moment unique.

L’atelier philo nous permet justement de nous mettre à hauteur d’enfants et de les accompagner à penser le confinement de le COVID 19

Penser ensemble cette période anxiogène

Cette actualité, si nous la laissons à l’état pur avec les enfants, nous prenons le risque de les exposer à des émotions et à des informations qu’ils ne sont pas encore en capacité de gérer seul.

L’actualité autour du COVID 19 nous offre l’occasion de poser des thématiques d’atelier philo qui sont plutôt assez classique, et qui nous permet d’amorcer le sujet et la discussion avec les enfants.

Parmi ces thématiques en voici quelques-unes (proposition non exhaustive) qui peuvent être interrogées en atelier philo :

–    Pourquoi avons-nous peur (du virus) ?
–    Les libertés / Les interdits en période de confinement (et avant ? et après ? )
–    Les amis / La famille
–    La douleur / le chagrin (pleurer)
–    La violence / la guerre
–    L’entraide / La solidarité
–    Pourquoi les enfants vont-ils à l’école ?
–    C’est quoi être malade ?
–     Pourquoi on ne peut pas tout faire ? (et encore moins en ce moment ? )
–     ça veut dire quoi la contagion ?
–     Pourquoi a-t-on des amis ? (et pourquoi ne peut-on pas les voir en ce moment ? )
–     Pourquoi on ne vit pas tout le temps ?
–     C’est quoi la liberté ?

FONCTIONNEMENT DE L’ATELIER

I/ Installer un rituel

Une série d’ateliers philo réussie commence par installer un rituel avec les enfants : c’est pourquoi il faut choisir un espace et l’organiser un minimum pour accueillir la discussion que nous souhaitons installer. Il faut installer l’espace de manière à ce que les enfants l’identifient, de tel sorte qu’au moment de s’y installer, ils comprennent que l’atelier va démarrer.
Installer un rituel, ce peut-être également choisir une action qui va marquer que nous sommes à partir de maintenant dans un moment un peu à part de la journée : allumer une bougie, s’assoir sur des coussins, ou sur des tapis par exemple. Il est important de créer un contexte différent des autres moments de la journée.

cadre 2

Si plusieurs enfants participent à l’atelier, on veillera à prévoir une forme de passage de la parole entre les enfants : la technique souvent utiliser est celle du bâton de parole. On choisit un objet qui symbolise le pouvoir de parler, et la personne qui possède cet objet pendant l’atelier a donc la parole, et le passe à un autre enfant pour bien marquer la fin d’une prise de parole et le début d’une autre. Cette technique doit permettre aux enfants de respecter le temps de parole des uns et des autres et d’être en situation d’écoute quand on ne prend pas la parole. Cela permet aussi à l’animateur de bien creusé la discussion avec un enfant et d’aller au bout de ce qu’il souhaite exprimer avant de demander à un autre enfant présent si vous faites cet atelier à plusieurs.

II / Choisir les supports et démarrer l’atelier

Pour faire émerger les questions que l’on souhaite aborder dans l’atelier, l’animateur (le parent, l’enseignant, l’éducateur …)  peut partir de la lecture préalable d’un texte, du visionnage d’un extrait vidéo de film, de l’observation d’une affiche ou d’une photo, de l’écoute d’une information etc.

L’animateur se saisit de cette matière qu’il choisit avant l’atelier pour arriver aux questions qu’il souhaite aborder. Que pensez-vous de cette photo ? Que se passe-t-il ? Ou sommes-nous ? De fil en aiguille, à l’aide de la ressource proposée aux enfants, on arrive aux thématiques que nous voulions aborder avec eux. Il est important de ne pas traiter plus de de 2-3 sujets par atelier pour ne pas se disperser ni perdre l’attention nécessaire à la réussite de l’atelier.

III/ Le rôle de l’animateur : libérer la parole

S’ils sont plusieurs, les enfants ou les adolescents sont, dans la mesure du possible, disposés en cercle, et l’animateur, qui est inclus dans le cercle, distribue la parole en veillant à ce que tous les enfants, qui le souhaitent, puissent parler. Il peut lui arriver de reformuler certains propos un peu confus, ou de synthétiser certains échanges, mais à aucun moment il ne donne son opinion personnelle. Il est là pour permettre aux participants d’exprimer le plus librement possible leurs pensées, de recevoir celles des autres et de favoriser une discussion respectueuse et constructifs entre eux.

Encore une fois, l’atelier philo n’est pas une pédagogie de la réponse mais de la question. C’est pourquoi même certains propos qui nous semblent incorrects ou étranges en tant qu’adultes, ne doivent pas être repris sur le format de la correction d’une erreur. Il est très important de bien considérer que nous sommes là pour développer et écouter des pensées et intuitions des enfants, pas pour leur inculquer un savoir en particulier, si ce n’est celui d’apprendre à questionner ce qui les entourent et ce qu’ils vivent.

IV/ Durée et fréquence de l’atelier

Un atelier philo peut durer entre 15 minutes et une demi-heure maximum. A vous de choisir la fréquence des ateliers à la maison ou en classe. Idéalement plusieurs fois par semaine. Mais encore une fois, c’est à vous de choisir le rythme en fonction des possibilités et des objectifs que vous fixez à cette série d’ateliers.

V/ Quelques alliés :

Pour les 4 – 8 ans : Les affiches et posters réalisées par Les ptits philosophes de Pomme d’Api sont très bien réalisées et donnent des outils efficaces pour ce public. Les affiches sont téléchargeables gratuitement en suivant ce lien : https://www.charivarialecole.fr/archives/2539

interdit philo

Pour tous les âges :