Pour la deuxième année consécutive, nous organisons une semaine départementale de la fraternité qui aura lieu entre le 15 et le 22 mars 2021.

Ce temps est pour nous l’occasion de rassembler ceux qui, comme nous, sont attachés à faire vivre la fraternité comme principe essentiel du vivre ensemble. Cette semaine départementale est le résultat d’un travail de fond que nous menons au quotidien. Elle est un temps fort important pour notre fédération et notre réseau, d’autant plus au vu du contexte actuel.

 

Nous avons organisé, en amont de cette semaine départementale de la fraternité, une matinée « Mettre en œuvre la fraternité », le mardi 16 février, en visio. Matinée durant laquelle un accompagnement à la méthodologie de projet a été notamment proposé à l’ensemble des participants.

Associations et acteurs éducatifs, vous avez jusqu’au 26 février 2021 pour déposer un appel à participation à l’adresse mail suivante : evenements@ligue59.org, afin de faire valoir, au travers d’une ou plusieurs actions, durant notre semaine qui aura lieu entre le 15 et le 22 mars 2021.

Nous avons conscience que la mise en place des actions dans le cadre de cette semaine de la laïcité nécessite une adaptation particulière. Sachez que nous pouvons vous outiller, vous accompagner dans ce cadre, afin de vous aider à mettre en place vos actions, ou les réajuster, de façon dématérialisée, distanciée, de façon adaptée aux circonstances actuelles.

 

Contact :
Alexia BEAUVAIS

Coordinatrice des événements départementaux
evenements@ligue59.org

Dans ces espaces collaboratifs d’économie sociale et solidaire, l’entraide et le partage ne sont pas un vain mot, d’autant plus en période de crise.

Quand, avec le confinement, tous les tiers lieux de France et de notre région ont dû fermer, « jusqu’à nouvel ordre », l’idée d’être utile a rapidement germé dans la tête de bon nombre de coopérateurs.

Les plus high tech ont redoublé de créativité, grâce aux imprimantes 3D et découpes laser disponibles dans les Fab Labs, ces espaces de création et de fabrication collaboratif. Partout, des visières de protection ont commencé à sortir des ateliers, beaucoup plus rapidement que les protections fournies par les pouvoir publics. Mis en commun par des coopérateurs de tous horizons, des fichiers ont tourné et l’élan de solidarité a pris. Ces visières et masques alternatifs ont équipé des personnels des hôpitaux, des commerçants, … des chauffeurs de bus.

Le sujet “tiers-lieux” n’est pas nouveau mais il n’a jamais autant fait parler de lui. L’État, via la Mission Coworking, s’en saisit au risque de centraliser un phénomène par essence distribué et ouvert. Les collectivités locales y voient un excellent moyen de revitaliser les centres-villes, au risque de multiplier les coquilles vides.

Pourtant, les tiers-lieux ne sauraient être la solution miracle à tous les problèmes. D’où l’importance d’en comprendre finement les impacts sur les territoires.

Tiers lieux, foodlab, living lab, fab lab, friche culturelle, café associatif, espace de coworking… autant de dénominations différentes que de géométries variables des acteurs qui les portent. Ces lieux se développent et se positionnent aujourd’hui comme les nouveaux espaces pour s’adapter aux mutations du travail et promouvoir l’entrepreneuriat associatif, social et professionnel.

Dans un monde de plus en plus digitalisé, avec de nombreuses plateformes de partage collaboratif, il n’y a rien qui remplace l’humain, le contact et le besoin de rapprochement des uns et des autres. Les tiers lieux émergent comme une réponse à l’isolement, au besoin de revitalisation des zones rurales et in fine, au besoin de recréer du lien à tous les échelons.

Dans le contexte actuel (crise des gilets jaunes, montée de l’extrême droite, COVID), la décision d’appuyer le développement des espaces de concertation citoyenne paraît presque évidente. Le faire ensemble se révèle aujourd’hui comme une nécessité d’une société qui se sent déconnectée des élites politiques et qui se soulève face aux réponses apportées (mobilité, climat, migrations…).

Pourtant, le tiers-lieu ne se décrète pas mais il est possible de favoriser son essor. L’aspect “ascendant” est fondamental et le militantisme citoyen est un élément moteur de la dynamique interne. En effet il est essentiel que l’initiative vienne des habitants ou acteurs locaux et qu’ils aient les moyens de la développer.

Les Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais de la Ligue de l’Enseignement est en contact avec plusieurs associations affiliées et partenaires, en vue d’accompagner le processus de gestation de plusieurs tiers lieux.

Nous voulons que ces nouveaux lieux d’engagement et d’innovation sociale puissent bénéficier et s’épanouir à partir de nos valeurs.

Nous pensons que l’entreprenariat collectif par des personnes qui mettent en commun leur compétence en vue d’agir de façon vertueuse est une solution d’avenir et permettra par la valorisation des compétences internes au territoire de le rendre résilient.

 

Photo : La cité fertile (https://www.blog-des-collectivites.fr/accueil/mieux-vivre-ensemble/collaborer/la-cite-fertile-tiers-lieu-ephemere-qui-veut-convaincre)

Face à la progression de la pandémie de COVID-19 en France, le risque pour les personnes les plus vulnérables est aujourd’hui particulièrement important.

Parmi celles-ci, les personnes à la rue et en hébergements précaires font figure de grandes oubliés. Par manque d’accès à l’information, loin des spots télévisés et des réseaux sociaux, ces personnes n’ont bien souvent pas complétement conscience des risques actuels. Aussi, et surtout, parce qu’elles n’ont pas un accès direct à l’eau, à l’hygiène et à des sanitaires.

Au regard de l’urgence, de nombreuses associations et collectifs sont mobilisés sur le terrain en soutien aux acteurs de la solidarité, déjà présents auprès des plus précaires.

Dans le Nord, à Lille,  depuis le début du confinement, les associations estiment que plus de 4.500 repas sont distribués par jour dans la métropole lilloise grâce notamment au concours de la Ville de Lille et de l’État.

Le Samu Social de l’arrondissement de Lille et ses partenaires associatifs de l’agglomération lilloise font appel à la solidarité pour financer des repas grâce à un appel aux dons co-porté : https://mymoneyhelp.fr/projet/covid19-repas-solidaires-lille/?fbclid=IwAR1zqNPL4lbx-Oikbr9tsaNqbt-Q9OQeLgGU-kDXHsV-Hjq50Up8XkgajNY

 

Dans le Pas-de-Calais, depuis plusieurs années des familles rroms vivent, ou plutôt tentent de survivre, dans le bassin minier du Pas-de-Calais sur différents sites.

Le Collectif Fraternité rroms, association affiliée à la Fédération du Pas-de-Calais a alerté les pouvoirs publics et s’est mobilisé en relayant un appel aux dons.

L’aide peut prendre bien des formes, mais dans l’immédiat les bénévoles ont surtout besoin d’aide financière.

N’hésitez pas à alerter le collectif de votre don à l’adresse fraternite.rroms@free.fr. Cela permettra d’anticiper les achats.

Plus d’infos sur le collectif ici : http://rroms.bassinminier62.org/site/

Depuis le début du confinement, les lectrices et lecteurs bénévoles de notre dispositif Lire et Faire Lire proposent des lectures filmées pour que les enfants puissent garder une forme de lien avec la « lecture-plaisir partagée », ces lectures sont envoyées aux structures partenaires qui les font suivre aux familles.

Dans le Nord comme dans le Pas-de-Calais, il est important que nous poursuivions, en partenariat avec les Udaf 59 et 62, notre mission de prévention de l’illettrisme, véritable « marqueur » de pauvreté et de paupérisation des populations. Dans nos deux départements, nous comptons 12 % d’illettrés et 24 % des habitants ont des difficultés dans un des domaines suivants : lecture, compréhension, calcul, écriture.

Lire et Faire Lire a pour objectif premier de donner le goût de la lecture aux jeunes (de 0 à 18 ans) et de leur inculquer les valeurs humanistes et solidaires nécessaires pour faire société (ex : ce premier tutoriel que nous vous proposons de visionner : «Lutter contre les discriminations, le rôle de la littérature jeunesse :

Pour ce faire les lectrices et lecteurs qui nous rejoignent chaque année s’engagent à lire des histoires chaque semaine dans tous types de structures éducatives, culturelles, sociales, médico-sociales, de loisirs, pour « mettre le pied à l’étrier » à tous ces jeunes, sans pour autant se substituer aux enseignants, médiateurs, éducateurs et autres qui encadrent les séances de lecture. Et sans, bien sûr, se substituer aux premiers éducateurs de l’enfant que sont les parents.

Cette semaine nous proposons toute une série de tutoriels pour la plupart destinés initialement aux lectrices et lecteurs bénévoles de Lire et Faire Lire, mais qui sauront tout autant être utiles pour les parents, à la maison :

  • Lire à voix haute:

  • Choisir un livre :

  • Lire l’album :

  • Lire aux tout-petits:

  • Lire aux 3-6 ans :

 

Lire et Faire Lire est un dispositif coordonné par l’Udaf (https://www.facebook.com/UDAF59/) et la Ligue de l’enseignement (https://www.facebook.com/liguedelenseignement.nord/)

Soutenu par le ministère de l’Education Nationale (https://www.facebook.com/EducationFrance/)

Tiers lieux, ces nouveaux lieux à inventer :

Le tiers-lieu ne se décrète pas mais il est possible de favoriser son essor. L’aspect “ascendant” est fondamental et le militantisme citoyen est un élément moteur de la dynamique interne. En effet il est essentiel que l’initiative vienne des habitants et qu’ils aient les moyens de la développer.

Ils peuvent prendre la forme d’espace de travail partagés (appelés aussi « coworking »), d’ateliers partagés, de fablab (laboratoire de fabrication) et accueillir des services hybrides tels que des salles de réunions, des jardins partagés, des boutiques partagées, des cafés, des épiceries, des ressourceries, des espaces de méditation culturelle et bien d’autres.

Un tiers-lieu est donc un espace polyvalent qui favorise l’activité économique et le lien social dans des domaines variés (formation, travail, culture, éducation…). De plus en plus présents sur les territoires, ils représentent une réponse aux besoins de renouvellement des services publics autour d’endroits accueillant des activités hybrides ainsi que la création de nouveaux espaces de lien social.

L’état investit durablement en faveur des tiers lieux et a formulé plusieurs annonces, notamment concernant la possibilité de recevoir des subventions comprises entre 75 000€ et 150 000€ sur trois ans pour la création de tiers-lieux et la labellisation de 300 « Fabriques de territoire ». Les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville seront les cibles privilégiées pour le développement de ces espaces hybrides.

Enfin, un fonds d’investissement dédié aux tiers-lieux et au développement d’une activité économique portée par les habitants eux même, implantés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville a été créé par le Fonds de co-investissement d’Amundi et de l’ANRU.

La Fédération du Nord de la Ligue de l’Enseignement est en contact avec plusieurs associations affiliées et partenaires, en vue d’accompagner le processus de gestation de plusieurs tiers lieux.

Nous voulons que ces nouveaux lieux d’engagement et d’innovation sociale puissent bénéficier et s’épanouir à partir de nos valeurs.

En effet, ces lieux totems ne peuvent pas fonctionner sans s’interroger préalablement sur les questions centrales qui nous animent, et notamment la lutte contre les discriminations, la promotion de la Laïcité, la responsabilité sociale et environnementale, la perspective ESS, le modèle de Gouvernance …

 Dans notre région, plus marquée encore que les autres territoires par les conséquences de la crise, quel niveau d’exigence positionnons-nous au développement de l’emploi ou d’une activité économique au sein de ces tiers lieux, par des habitants conscients que l’emploi ne peut pas être « que consécutif » à un investissement extérieur.

 Nous pensons que l’entreprenariat collectif par des personnes qui mettent en commun leur compétence en vue d’agir de façon vertueuse est une solution d’avenir et permettra par la valorisation des compétences internes au territoire de le rendre résilient.

 Toutes ces questions nous mobilisent et contribuent à dessiner les premières bases d’une stratégie en devenir.

Contact :

jcadart@ligue59.org

Depuis 2010, La Ligue de l’Enseignement assure une intermédiation du Service Civique volontaire. Par cette intermédiation, nous proposons une mise à disposition d’un volontaire au sein d’une association ou collectivité, dans le but d’assurer une mission d’intérêt général.

 

Ce dispositif permet à la « structure accueil » de bénéficier à la fois d’un véritable allègement administratif et d’un soutien réel dans l’accueil du volontaire, dans les meilleures conditions possibles.

En amont, La Ligue de l’Enseignement accompagne la « structure accueil » dans la définition de la mission du futur volontaire. Nous assurons également la mise en ligne de la mission sur le site de l’agence national du service civique et toute la gestion administrative.

 

 

Une fois la mission de volontariat pourvue, et après l’arrivée du volontaire, La Ligue vous accompagne notamment dans la mise en place des formations civiques et citoyennes, obligatoires au cours du volontariat et de l’inscription du jeune à la formation PSC1 (formation qualifiante aux premiers secours).

 

Financièrement, nous assumons le portage en lien avec la structure accueil. Concrètement, chaque mois nous reversons directement aux jeunes l’indemnité complémentaire, après l’avoir collecté auprès de la structure d’accueil.

 

C’est parce que La Ligue de l’Enseignement fixe comme priorité la qualité du suivi des jeunes en service civique, que nous positionnons un point d’honneur à garantir aux volontaires un accompagnement de qualité. Aussi, nous rencontrons régulièrement le jeune et son tuteur, tout au long de la mission. Ces rencontres s’intensifient en fin de mission, en vue de travailler au projet d’avenir du volontaire et à son insertion in fine.

 

Vous souhaitez accueillir un volontaire :

 

Contact :

sophie Bourlet

Sbourlet@ligue59.org

Tél : 03 20 14 55 00

La Ligue de l’Enseignement du Nord organise, du 9 au 17 décembre 2019, la « semaine départementale de la laïcité ».

Associations, collectivités ou encore établissements scolaires, vous êtes tous invités à faire vivre, avec nous, cet évènement partout dans le département !

Nous lançons ainsi un appel à participation pour les associations socio-culturelles, les associations sportives, les collectivités et les établissements scolaires.

Nous accompagnerons et valoriserons toutes initiatives envoyées avant le vendredi 11 octobre 2019, car il nous semble nécessaire, aujourd’hui, plus que jamais, de s’inscrire à nos côtés afin de lutter contre les discriminations, d’éduquer à la diversité et aux cultures plurielles.

 

Télécharger l’appel à participation

 

Contacts :
Education@ligue59.org

03 20 14 55 09

Après un an de mise en sommeil des financements des évaluations CléA, La Ligue de l’Enseignement propose à nouveau le passage des évaluations initiales et finales du CléA.

Reconnue parmi les 7 organismes habilités au niveau national, La Ligue de l’Enseignement, via l’INFREP, propose des évaluations sur tout le territoire.

Le CléA permet l’évaluation des connaissances et compétences professionnelles en se basant sur sept domaines. Reconnu par les différentes branches professionnelles, le CléA permet de faire valoir son savoir-être, son savoir ainsi que les savoir-faire auprès des employeurs.

L’évaluation, se déroule sur une journée et se compose de deux mises en situation ainsi que d’un entretien individuel. L’objectif étant de réactiver les connaissances ou compétences, grâce à des mises en situation portant sur des situations génériques dans le monde du travail.

Contact :

Julien SARTEL

Coordinateur des formations

jsartel@ligue59.org

Plus de 350 jeunes formés cet été !

L’été, période des accueils de loisirs et séjours est également une période propice au passage de la formation BAFA. L’occasion pour tous de découvrir, de poursuivre ou de concrétiser un engagement dans l’éducation populaire.

Au total, plus de 320 jeunes ont débuté un cursus BAFA ou l’ont poursuivi en approfondissement.

Du côté du BAFD, 20 personnes se sont engagées dans une formation générale et 10 ont réalisé leur perfectionnement.

Nouveautés de l’année !

L’année 2019-2020 annonce quelques changements sur la formation BAFA-BAFD.

Ces changements sont prometteurs : nouveau visuel, nouveaux lieux de stage, nouvelles thématiques d’approfondissement … N’hésitez pas à consulter notre catalogue !

Toutes nos formations jusqu’à décembre 2019 sont à retrouver sur notre site internet : www.bafaligue5962.org

Contact :

Enguéran Moulard

Coordinateur BAFA/BAFD

emoulard@ligue62.org

03 21 24 48 66

Julien Sartel

Coordinateur BAFA/BAFD

jsartel@ligue59.org

03 20 14 55 12