Les maires, ces premiers relais de la République, c’est par eux que nous avons décidé de débuter notre collecte de témoignages.

Nous sommes donc allés à la rencontre de ces élus locaux, constamment mobilisés et sollicités tout au long de cette crise sanitaire face à laquelle ils font face depuis mi-mars.

Deux d’entre eux nous ont répondu, depuis deux communes aux positionnements géographiques et spécificités bien différentes. Un témoignage croisé, en plein cœur d’une situation très concrète …

 

Roger VICOT, Maire de LOMME – 27 500 habitants

Julien GOKEL, 1er Adjoint de CAPPELLE LA GRANDE, élu Maire – 7 900 habitants

 

Ligue 59 : Comment percevez-vous la remise en route de l’école, et le déconfinement qui s’enclenche dès lundi ?

Roger VICOT (RV) – Nous avons fait le choix de n’accueillir que les écoles élémentaires, considérant que le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale pour les maternelles était difficile.

Nous ferons un point d’ici une dizaine de jours pour évaluer s’il nous semble possible de les accueillir en plus des élémentaires à partir du mois de juin, pour terminer l’année scolaire.

Par ailleurs, en ce qui concerne les élémentaires nous privilégions 3 catégories : les enfants dont les parents font partie des professions “prioritaires” (soignants, enseignants, commerçant, services de secours, travailleurs sociaux etc) ; les enfants dont les enseignants considèrent que le confinement les a mis en situation de décrochage scolaire ; les enfants dont les parents exercent une profession où quotidiennement le télétravail est impossible.

 

Julien GOKEL (JG) – Nous proposons une reprise sur la base du volontariat le jeudi 14 mai uniquement pour les élèves des CP et CM2 limités à des groupes de 15 élèves.

Des activités complémentaires ludiques et culturelles gratuitement centralisées sur le temps scolaire dans le cas où les groupes dépasseraient 15 élèves par classe. Nous accueillerons l’ensemble des classes élémentaires CE1-CE2-CM1 de la même manière à partir du lundi 25 mai prochain.

Par ailleurs et dans un souci de précaution, nous n’ouvrirons pas les écoles maternelles avant la rentrée prochaine car nous souhaitons préserver nos tout-petits durant cette période. Néanmoins, un service d’accueil pour les enfants des personnels prioritaires.

 

Ligue 59 – Comment avez-vous associé la communauté éducative à la préparation du dé confinement ?

RV – Dès que la date de la rentrée scolaire a été connue, nous avons travaillé avec les directeurs d’écoles, l’IEN et les APE que j’ai réunies en visio toutes les semaines.

Cela nous a permis de sonder toutes les familles de la ville pour évaluer le nombre d’élèves qui étaient susceptibles de reprendre le chemin de l’école le 11 mai.

J’inclus dans la communauté éducative les agents municipaux qui vont désinfecter les classes, gérer la restauration scolaire, le périscolaire etc… Ils ont bien sûr été associés dès le départ à l’organisation de cette rentrée pour le moins atypique.

 

JG – Nous avons entrepris une large consultation de tous les acteurs : agents municipaux (personnels d’entretien et de périscolaire), l’inspecteur de l’éducation nationale, les directeurs d’écoles et les parents d’élèves afin de mûrir nos choix.

Les échanges avec nos collègues maires de la CUD (Communauté Urbaine de Dunkerque – NDLR) ont aussi permis de déterminer un positionnement fort concernant la fermeture des écoles maternelles et de faire le choix d’une reprise progressive.

 

Ligue 59 – Quels sont les retours que vous en avez (administrés, parents, enfants, professionnels, enseignants ?)

RVLes enseignants ont été un peu déstabilisés au départ car ils imaginaient une rentrée scolaire regroupant les classes pédagogiques traditionnelles, par niveau. Le choix finalement retenu a été bien accueilli et chacun a pris les dispositions pour que les choses se passent au mieux.

En ce qui concerne les familles, seuls 30% des jeunes lommois reprennent les cours.

La situation la plus problématique concerne bien entendu le cas des familles qui travaillent et dont les enfants sont en maternelles., et ne seront donc pas accueillis. Je n’ai malheureusement pas de solution, ce que j’ai très clairement annoncé. Le principe d’une rentrée a minima avec un nombre d’élèves réduit impliquait obligatoirement de ne pas pouvoir apporter de réponses à chacun …

 

JG – Beaucoup ont des craintes légitimes que nous partageons, suite aux annonces faites par l’Etat, mais nous avons travaillé à mettre tout en œuvre pour assurer les règles de précaution dans le cadre de nos compétences. 

Ils sont globalement bien pris et compris par la majorité de la population.

Le fait d’adopter une démarche constructive et un cadre qui permet de rassurer l’ensemble des acteurs d’envisager une reprise avec la meilleure adhésion possible.

 

Ligue 59 – Quel est votre sentiment personnel ?

RV – Comme beaucoup de maires, j’ai le sentiment qu’on nous a laissé nous débrouiller … Le gouvernement a fixé la date de la rentrée, indiquant qu’elle n’était pas obligatoire, puis nous a envoyé un protocole sanitaire de 63 pages… charge à nous de faire au mieux !

Aucun d’entre-nous n’a évidemment reculé devant la tâche, mais la multiplication des messages contradictoires (masques ou pas masques, écoles ouvertes mais bars fermés, on peut faire rentrer les petits mais pas les collégiens etc.) n’a facilité le travail de personne.

 

JG – En écoutant fin de semaine le 1er Ministre, nous avons tous compris que la patate chaude allait tout droit dans les mains des maires et des municipalités.

Tout repose donc sur nos communes et c’est donc à nous de prendre nos responsabilités sans que nous soyons aidés par l’État tant matériellement que financièrement.

Longtemps mis de côté, les maires reviennent en grâce aux yeux de l’exécutif, « Longtemps mis de côté, les maires reviennent en grâce aux yeux de l’exécutif, sans pour autant que ce dernier comprenne les réalités de terrain.